Peut-on considérer la vape comme un substitut nicotinique ?

Cigarette élec

De nombreux fumeurs et anciens fumeurs utilisent la vape dans l’espoir qu’il leur permettra d’arrêter de fumer. La cigarette électronique permet-elle réellement de réaliser le sevrage tabagique ? Si oui, peut-on la considérer comme un substitut nicotinique au même titre que les substituts nicotiniques médicamenteux ?

La cigarette électronique pour arrêter de fumer : est-ce vrai ?

La cigarette électronique fait l’objet de controverses. En effet, on ignore encore ses effets à long terme sur la santé. De ce fait, le produit ne fait pas l’objet d’une autorisation de mise sur le marché. Dès lors, les pharmacies ne peuvent pas le mettre à la vente. Certaines autorités sanitaires interdisent ou déconseillent d’ailleurs la consommation de la cigarette électronique.

Cependant, l’interdiction semble ne pas porter des effets. Réellement, en France, huit millions de personnes ont déjà essayé la cigarette électronique. Parmi ces huit millions de personnes, environ 1,5 million l’utilisent tous les jours. En France, des chiffres officiels avancent que plus de 700.000 français ont déjà pu dire adieu au tabac grâce à l’e-cig.

La cigarette électronique entraine-t-elle une dépendance à la nicotine ?

Le tabac traditionnel contient des substances addictives, notamment la nicotine. La nicotine provoque l’addiction par le biais de son action sur le système nerveux, notamment sur les récepteurs nicotiniques. Ainsi, jouissant en quelques instants d’un fort plaisir et d’une sensation de bien-être, le fumeur se retrouve face à une dépendance physique et psychologique. Cette substance addictive qu’est la nicotine, est présente dans certains liquides électroniques. En effet, avant 2009, aucun contrôle ne s’exerçait sur les cartouches d’e-liquide.

Dès lors, pour les marques, la voie était libre pour des dosages beaucoup plus dangereux à la nicotine. D’ailleurs, il est avéré que certaines de ces marques faisaient un dosage beaucoup plus dense de nicotine dans leur e-liquide. Le fait a été révélé en 2011 grâce à une étude de la Direction des laboratoires et des contrôles.

De nos jours, on voit sur le marché des e-cigarettes et des e-liquides de bonne qualité. Le flacon des e-liquides porte, pour la plupart, l’indication de la dose de nicotine qui y est contenue. En France, par exemple, la dose de nicotine présente dans le liquide varie entre 0 et 20mg/ml. Cependant, les autorités, notamment l’ANSM, œuvrent pour qu’on ne franchisse pas les 10mg/ml.

Aujourd’hui, la vitesse à laquelle la nicotine contenue dans la cigarette électronique atteint le cerveau et le sang est inconnue. Dès lors, il est scientifiquement difficile de justifier le pouvoir addictif de l’e-cig. Au niveau des cigarettes classiques, c’est en effet la brutalité avec laquelle la nicotine atteint les récepteurs dans le cerveau qui induit un besoin d’autres bouffées. Avec les substituts nicotiniques, l’arrivée de la nicotine est progressive et lente. Il n’est donc pas opportun de conclure que l’e-cig induit une dépendance nicotinique élevée.

La cigarette électronique, une alternative aux substituts nicotiniques

Certaines grandes marques de cigarette électronique ont mené une enquête. Ladite enquête a été réalisée auprès d’un échantillon de 969 personnes âgées de 12 ans au moins. Les résultats qui en sont issus montrent que 43% des Français sont persuadés que la cigarette électronique est un moyen efficace pour réduire leur consommation de tabac.

Pour d’autres encore, c’est un moyen pour arrêter de fumer. L’enquête réalisée par l’Observatoire français des drogues et de la toxicomanie montre également que le tiers des utilisateurs de la cigarette électronique sont d’anciens fumeurs. Plus de la moitié d’entre eux ont affirmé utiliser l’outil électronique pour arrêter de fumer pour toujours. Environ 30% d’entre eux avaient affirmé avoir recours à l’e-cig pour réduire leur consommation de tabac. Il apparait donc que la plupart des vapoteurs se sont mis à la vape pour éradiquer la dépendance à la nicotine. Dès lors, la cigarette électronique constitue une alternative aux substituts nicotiniques comme les gommes, les patchs, les pastilles à sucer, les inhalateurs et autres.

Que retenir ? L’efficacité de la vape dans le processus de sevrage tabagique est prouvée par plusieurs études. Certaines autorités sanitaires n’étant cependant pas encore totalement convaincu de l’innocuité de cet outil de sevrage, la e-cig ne peut être considérée pour l’instant comme un substitut nicotinique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *