Vape et médias : comment les journalistes traitent-ils de la cigarette électronique ?

media

De nos jours, l’on ne peut compter le nombre de débats inhérents concernant la nocivité de la cigarette électronique. Toutefois, l’une des potentielles raisons pour lesquelles elle suscite toujours autant de méfiance à l’heure actuelle est à chercher du côté des médias. Comment les journalistes traitent-ils la cigarette électronique ? Zoom dans cet article.

Des enquêtes édifiantes sur la cigarette électronique

Aujourd’hui, plusieurs journaux parmi les plus célèbres au monde publient très souvent dans leurs pages des enquêtes scientifiques. En effet, leur but unique est sans doute d’alerter la population vis-à-vis des soi-disant risques que représente la cigarette électronique pour la santé humaine.

Il convient quand même de reconnaitre que l’ecig ne présente pas de dangers pour son consommateur. L’acharnement de la presse contre la cigarette électronique est à chercher ailleurs. Le lobby du tabac fait beaucoup de pressions sur les organes de presse.

Le vapoteur doit donc prendre avec des pincettes toutes les études « scientifiques » publiées par la presse sur la vape. Pour exemple, le New York Times a publié en janvier 2014 une enquête qui stipule que, plus de 1350 individus auraient été intoxiqués en inhalant les liquides que contiennent les cigarettes électroniques.

Pourtant, il a été prouvé de nombreuses fois que la cigarette électronique est moins toxique que le tabac. Dans la cigarette classique, on retrouve près de 4000 substances nocives, dont le goudron et autres. Ces éléments nocifs ne sont pas présents au niveau de la cig élec.

Dans les médias, on retrouve également des articles de presse qui font l’apologie de la cigarette électronique. D’après une étude récente, l’ecig demeure très utile pour délaisser le tabac. Elle s’avère également efficace pour éviter les maladies cardio-vasculaires et les autres troubles liés à la consommation de tabac.

Une crédibilité douteuse des médias sur la cigarette électronique

Bien que les médias susdits affirment (accompagné également des études scientifiques à l’appui afin d’étayer les allégations de la cigarette électronique) être les hérauts de la vérité, les articles qu’ils publient aussi méritent d’être nuancés fortement.

D’abord, les 1350 individus empoisonnés par les liquides électroniques n’ont pas eu cet accident en vapotant. Il s’agit uniquement des enfants qui ont absorbé directement les jus électroniques, la plupart du temps par voie orale.

Ce ne sont pas des fumeurs ayant recouru à la cigarette électronique et par conséquent, vapotée le liquide. Dès lors, notez que le phénomène relève davantage d’un accident domestique que d’un péril pour la santé publique.

Surtout, d’autant plus que les flacons d’e-liquide en France sont conformes à la législation régissant la cigarette électronique, en arborant des logos qui indiquent leur toxicité et en étant également munis de bouchons de sécurité.

Les répercussions néfastes sur la cigarette électronique

Les articles qui assimilent les e-liquides à des poisons constituent d’énormes répercussions assez néfastes pour les cigarettes électroniques. En effet, il faut noter que la population peut être influencée normalement par les médias, suite à la publication de certaines études alarmistes. Ainsi certaines personnes ont vite fait de développer une crainte fictive pour la cigarette 2.0.

En effet, de nombreux médias ne font qu’un procès injuste à la cigarette électronique. Pourtant, cette manière d’opérer continue d’affecter le marché de la vape. Ces fausses informations influencent de nombreux futurs vapoteurs.

L’ecig demeure un produit sain, pourtant de nombreux médias disent le contraire. Cette mauvaise foi des organes de presse affecte le monde de la vape. Néanmoins, avec le temps, il est clair que les médias seront contraints de dire la vérité sur la cigarette électronique. Cette dernière demeure l’alternative la plus saine pour profiter du tabac et de la nicotine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *